Ferme de contenus

Une ferme de contenus est un modèle d'affaires sur Internet où le contenu est produit en très grande quantité et monétisé par le biais de la publicité en ligne. Le contenu est souvent considéré comme étant de mauvaise qualité et créé dans le seul but d'obtenir un volume élevé de visites. Les formats courants sont des guides, des tutoriels ou des FAQ. Un tel contenu est généralement optimisé en fonction des critères SEO afin d'obtenir un classement élevé dans les moteurs de recherche. L'objectif est de produire autant d'articles que possible pour autant de lecteurs que possible, pour ensuite placer de la publicité autour de ce contenu comme prochaine étape et générer un retour sur investissement élevé. Les fermes de contenu, aussi appelées usines de contenu, sont dépréciées par les moteurs de recherche et régulièrement déclassées dans les résultats de recherche, notamment les mises à jour d'algorithmes.

Informations générales

Les fermes de contenu obtiennent leurs articles de la part d’auteurs indépendants ou salariés. Il y a même des utilisateurs réguliers qui fournissent du contenu. Une recherche par mot-clé est effectuée avant la rédaction des articles et elle est souvent automatisée. Le but est de savoir quels mots-clés et sujets connexes sont fréquemment recherchés par les utilisateurs. Les termes de recherche courants ont plus de chance de générer du trafic. Un trafic élevé entraîne une augmentation des revenus publicitaires. La plupart des activités des fermes de contenus est basée sur ce principe.

Étant donné que la recherche thématique vise les besoins des utilisateurs et les opportunités de marketing, ces modèles d'affaires sont également appelés médias à la demande ou évolutifs. D'une part, ils tentent de répondre à une demande, d'autre part, des sujets sont identifiés qui produisent du trafic et ce trafic est ensuite mesuré à l'aide de différents paramètres. La croissance est généralement stimulée par le growth hacking et le marketing viral, tandis que la performance de chaque contenu médiatique constitue le thème central.

L'une des premières entreprises à travailler selon ces principes était Demand Media. Ils ont réussi à monétiser leur site Web eHow.com de manière assez remarquable. Demand Media est depuis une société cotée en bourse depuis 2011. La mise à jour Panda de Google a inversé cette réussite, le modèle devenant largement critiqué. Comme eHow.com dépendait dans une large mesure du trafic Google, la mise à jour a eu un impact négatif sur le nombre de visiteurs. Des sites Web comme Suite101.com, Ask.com ou Mahalo.com ont connu des destins similaires.

Comment ça marche

Pour mettre en place une ferme de contenus, il faut commencer par une analyse des requêtes de recherche, des tendances et des sujets qui intéressent actuellement les utilisateurs. Les requêtes de recherche sont enregistrées par le fournisseur ou les rédacteurs indépendants et triées selon certains critères tels que le volume de recherche, l'évolution temporelle des volumes de recherche ou les revenus publicitaires potentiels pour certains termes. Cette analyse est partiellement automatisée dans les grandes entreprises en connectant les interfaces aux moteurs de recherche. À l'aide d'une API, les données pertinentes sont transmises à l'entreprise. Un algorithme trie les requêtes de recherche et le résultat est livré sous forme de liste de termes et de questions qui ont potentiellement une valeur marchande élevée.

L'analyse des requêtes de recherche ne se concentre pas seulement sur les mots-clés génériques à fort volume de recherche (aussi appelés money keys), mais aussi sur les domaines propices à la longue traîne, les niches et les phénomènes tels que la recherche conversationnelle, l'info-divertissement ou la concurrence (analyse TF*IDF). Ce qui compte, c'est ce que les utilisateurs recherchent et les termes et associations qu'ils utilisent. Sur la base des données obtenues, des plans éditoriaux peuvent être créés pour renseigner les auteurs. Après que les articles ont été édités, le balisage est généralement, de sorte que chaque contribution réponde aux critères SEO de base. Cette optimisation on-page est une partie essentielle des fermes de contenus, puisqu'elle est nécessaire pour des positions élevées dans les résultats de recherche.

De plus, la recherche consacrée à la création de contenu est souvent rendue possible par de nombreux outils. Google Suggest, AdWords Keyword Tool, Google Trends, ou d'autres programmes tels que Ubersuggest et Keyword.io sont utilisés pour obtenir ce type de données. Dans certaines circonstances, cela est complété par des méthodes telles que le détournement d'informations (newsjacking) ou la recherche de tendances. Certains fournisseurs de contenu analysent le comportement du lecteur et de l'utilisateur ou utilisent l'appât du clic pour attirer l'attention sur les messages et surtout les titres. Le type de contenu peut être très différent d'une ferme de contenu à l'autre. Par exemple, certains éditeurs fournissent leur contenu via les réseaux sociaux, où des millions d'utilisateurs, en consultant plusieurs fois par jour leurs applications, se montrent très réceptifs à la consommation de contenus.

Intérêt dans la pratique

Les entreprises associées aux fermes de contenu font l'objet de critiques fréquentes. Elles sont entre autres accusées de fournir des contributions de très mauvaise qualité et d’introduire le principe de production de masse dans le journalisme. À cela, Demand Media a répondu que le journalisme n'était pas leur objectif, mais plutôt de répondre à des questions concrètes de la vie quotidienne. L'un des éléments essentiels de ce modèle d'affaires est la demande. Tant que cela existe et que les utilisateurs recherchent des réponses simples à des questions simples, de tels modèles d'affaires continueront à fonctionner. Il en va de même pour le domaine du divertissement : des sites a priori peu sérieux sont désormais extrêmement populaires, notamment sur le web social.

De plus, les fermes de contenu ont également été vivement critiquées pour leurs pratiques commerciales. Certains auteurs ont révélé que le paiement des articles individuels est très faible. Pour gagner sa vie, les articles doivent être écrits en masse, ce qui fait que la qualité des réponses est victime de la pratique commerciale. Le contre-argument de la demande existante s'applique ici aussi. Tant qu'il y aura des rédacteurs pour ce créneau, le concept des fermes de contenus existera du côté de l'employeur.

Intérêt pour le SEO

Avec sa mise à jour Panda, Google a changé les règles pour les sites Web qui publient à un volume élevé un contenu supposé de mauvaise qualité. L'accent a été mis non seulement sur les sites Web au contenu douteux, mais aussi sur les organismes qui produisent eux-mêmes un contenu très pauvre ou sur les sites au thin content et dupliqué[1]. Il s'agit notamment des répertoires d'articles. Le slogan bien connu de Google "Content is King" (“le contenu est roi”) ne décrit plus exactement la position actuelle du géant californien. En effet, les fermes de contenus produisent beaucoup de contenus et génèrent des millions de revenus. Au lieu de cela, on devrait plutôt dire : "Quality Content is King." (“le contenu de qualité est roi”)[2]. De nombreuses fermes de contenus ont réagi à cette mise à jour en modifiant leurs stratégies. Mais pour les utilisateurs qui cherchent des réponses à des questions simples ou qui veulent être divertis, les fermes de contenu continueront d'être une source de trafic conséquente tout en demeurant une plate-forme de revenus publicitaires.

Références

  1. Les monstres de l’optimisation : le monstre du thin content, Ryte Magazine, ouvert le 27.04.2018
  2. Tout ce que le marketing de contenu n’est PAS, Ryte Magazine, ouvert le 27.04.2018

Liens web

Catégorie