Hostname

Le hostname est la désignation unique d’un ordinateur ou d’un nœud de réseau au sein d’un réseau. Les noms d’hôte sont des noms ou des chaînes de caractères spécifiques qui renvoient à un hôte et le rendent utilisable pour le réseau et les internautes. Ils peuvent non seulement décrire des adresses physiques, mais également des nœuds de réseau où sont situés plusieurs domaines sous un même hôte. En principe, cela se produit également dans le World Wide Web, même si les noms d’hôtes sont dilués par le Domain Name System sous forme d’adresses IP afin que chaque membre du réseau puisse recevoir une dénomination unique – peu importe qu’il s’agisse d’un ordinateur, d’un nœud de réseau chez un fournisseur Internet ou d’un serveur Web.

De cette manière, l’administration et la gestion des services réseau est également rendue possible, tout comme l’utilisation du réseau par des utilisateurs finaux : l’administrateur du système se sert du nom d’hôte à des fins administratives. Grâce aux noms d’hôtes, il peut accéder à différents services de ce système. Si le nom d’hôte est dilué à travers le Domain Name System, les utilisateurs finaux peuvent également y accéder sans que le nom d’hôte de l’utilisateur ne soit connu.

http://www.exemple.fr

Dans cette URL, http:// correspond au protocole réseau utilisé. On trouve ensuite

www.exemple.fr

qui est appelé « nom d’hôte » ou hostname. Le nom de domaine exemple.fr se compose du domaine et du domaine de premier niveau et doit être différencié du nom d’hôte – même lorsque ces deux variantes permettent d’accéder à la même adresse.

Informations générales

Les hostnames se situent dans l’architecture Internet entre les adresses IP et les noms de domaines. Ils revêtaient jusqu’alors une fonction de liaison qui a été rendue en partie obsolète par le DNS. D’un point de vue historique, les noms d’hôtes constituaient une résolution du nom pour les adresses IP. À l’heure actuelle, le répertoire racine d’un ordinateur contient encore l’adresse IP du système (par exemple 127.0.0.1) et le nom d’hôte attribué pour l’adresse locale. Dans le cas où le serveur de domaine n’est pas accessible, la résolution du nom peut néanmoins avoir lieu à travers le nom d’hôte. Dans ce contexte, le nom d’hôte est une interface réseau virtuelle qui envoie et reçoit des données. Si le nom d’hôte est complet, on parle de Fully-Qualified Host Name (FQHN).

Avec le développement d’Internet à l’échelle mondiale, les possibilités de cette classification se révèlent cependant rapidement peu pratiques étant donné que les adresses IP ne sont pas accrocheuses et que de nouveaux sites Internet, serveurs et ordinateurs ne cessent de faire leur apparition. C’est la raison pour laquelle le Domain Name System (DNS), qui effectue la résolution de nom des désignations de domaines aux adresses IP, a été introduit. Les noms d’hôtes sont souvent confondus avec les domaines[1]. Cependant, différents hôtes peuvent être réunis sous un seul et même domaine – tout comme dans le cas des sous-domaines. Les noms d’hôtes peuvent également coïncider avec les noms de domaine, mais ce n’est pas nécessaire. Les noms d’hôtes sont encore utilisés très régulièrement dans l’architecture réseau afin de différencier les clients entre eux. C’est par exemple le cas lors de l’élaboration de contenus destinés à des domaines, puisque l’on simule ensuite que ces contenus restent sur le Web, même s’ils sont seulement enregistrés localement.[2]

  • Les adresses IP sont des marqueurs uniques dans un système, disponibles dans une version lisible par les machines.
  • Les noms d’hôtes classent les noms attribués à des ordinateurs, des serveurs ou des interfaces de chaque adresse IP afin que les hôtes puissent également être abordés sans aucune connaissance des adresses IP.
  • Le Domain Name System dissout les adresses IP (et donc également les noms d’hôtes) de manière à ce que l’utilisateur humain puisse contrôler ces ordinateurs, ces nœuds réseau ou ces interfaces.

Mode de fonctionnement

Le Domain Name System a pour objectif de simplifier l’utilisation d’Internet par l’Homme. Les ordinateurs participants communiquent par différents moyens en échangeant des données entre adresses IP. Le rôle joué par une interface réseau dans un système n’est cependant pas visible à l’aide d’une adresse IP. C’est la raison pour laquelle les noms d’hôte sont attribués afin de pouvoir contrôler l’interface et ceux-ci sont généralement indiqués dans le fichier hôte ou dans le local host.

Différents systèmes présents au sein d’un réseau, comme par exemple un serveur mail ou un protocole de transfert de données tel que FTP, utilisent les noms d’hôte pour attribuer les différents rôles au sein du réseau et ainsi permettre la communication entre ses membres. Les ordinateurs ou les interfaces participants connaissent leur rôle grâce au nom d’hôte et peuvent être atteints par le biais de celui-ci.

Directives concernant le hostname

En fonction du protocole réseau utilisé et du type de réseau, les noms d’hôte doivent cependant remplir différentes conditions afin de correspondre aux normes internationales.

  • Réseau privés : dans un Intranet, un VPN ou un LAN, les noms d’hôte peuvent être attribués relativement librement. Ils doivent seulement respecter les restrictions du protocole utilisé. Les mêmes protocoles sont souvent utilisés, comme c’est par exemple le cas avec le WWW : par exemple TCP/IP et HTTP. En fonction du réseau, d’autres protocoles peuvent également se révéler pertinents. Ainsi, le RC 5321 est utilisé dans le cadre des transferts d’e-mails et le protocole RFC 5966 est utilisé dans le cadre du transport de documents via TCP. Dans les réseaux privés, les désignations de domaines peuvent généralement être omises.
  • Réseaux publics : dans le World Wide Web, les noms d’hôte sont également limités par les protocoles Internet. Il convient de mentionner ici le protocole RFC1123, qui a remplacé le document RFC 953 dès 1989. Dans le cas des ordinateurs appartenant à un réseau accessibles au public, les noms d’hôtes sont principalement notés en tant que noms de domaines qualifiés (FQDN; Fully Qualified Domain Names) afin qu’une résolution directe en une adresse IP soit rendue possible[3].

Les noms d’hôtes doivent utiliser des caractères appartenant à l’ensemble de caractères ASCII et commencer par une lettre ou un chiffre. Cela signifie que tous les caractères compris entre a et z, A et Z, 0 et 9 et le trait d’union peuvent être utilisés. Les noms de domaines sont séparés par des points. Les éléments contenus entre les points sont appelés « labels ». Chaque label doit au moins contenir 1 caractère et peut en contenir 63 au maximum. Aucun label ne peut débuter ou se terminer par un trait d’union. En règle générale, un nom d’hôte doit contenir au maximum 255 caractères.[4] La plupart du temps, le nom d’hôte apporte des informations concernant l’utilisation de l’entité de réseau lorsqu’il ne coïncide pas avec un nom de domaine ou n’en fait pas partie.

Exemples de noms d’hôte

Les noms d’hôte peuvent représenter des adresses physiques ou virtuelles. Voici quelques exemples :

  • Le nom de domaine mondomaine.com se voit tout d’abord attribuer le nom d’hôte serveur1.mondomaine.com afin que le serveur soit disponible.
  • Le nom d’hôte www.youtube.com contient le nom de domaine youtube.com.
  • Le nom d’hôte x3e4585ed.dyn.telefonica.de désigne un nœud de réseau situé chez un fournisseur de services Internet qui possède un nom de domaine totalement différent.
  • Le nom d’hôte mail. peut être choisi comme nom pour un serveur d’e-mail interne dans un réseau privé. Il en va de même pour les services FTP et les réseaux virtuels.

Importance pour le marketing en ligne

Les noms d’hôtes sont pertinents dans le domaine du marketing en ligne, car ils font généralement partie d’une désignation de domaine. Par exemple, de nombreux sites Internet sont accessibles à l’aide d’une adresse commençant par www. ainsi que d’une adresse dépourvue du préfixe www. étant donné que les deux hôtes renvoient au même site ou au même domaine. Un hostname accrocheur peut également se révéler avantageux pour les utilisateurs finaux. Du point de vue d’une infrastructure technique interne, il est vivement conseillé d’utiliser des hostnames différenciés, par exemple lorsque différents services doivent communiquer entre eux – comme c’est notamment le cas pour les serveurs d’e-mails ou les transferts de données FTP.

Références

  1. What is the difference between a hostname and a domain name, support.suso.com, ouvert le 06.10.2017
  2. Reserved Top Level DNS Names tools.ietf.org. ouvert le 06.10.2017
  3. HTTP State Management Mechanism, tools.ietf.org, ouvert le 06.10.2017
  4. Requirements for Internet Hosts -- Application and Support, tools.ietf.org, ouvert le 06.10.2017

Liens web

Catégorie