Navigateur mobile

Un navigateur mobile est un navigateur web qui a été conçu spécialement pour des appareils mobiles comme les smartphones, les tablettes ou les assistants personnels numériques. On reconnait un navigateur mobile à ses deux caractéristiques de base : premièrement il optimise le contenu affiché du mobile web pour des écrans de taille réduite et les options d'interactions disponibles. Deuxièmement, il utilise aussi efficacement que possible les capacités de sauvegarde et de calcul du terminal ainsi que la bande passante disponible pour l'accès à l'Internet mobile. Les navigateurs mobiles sont aussi appelés micro navigateurs, mini navigateurs ou navigateurs Internet sans fil.

Historique

PocketWeb a été le premier navigateur web pour mobile et a être développé par le PDA Developer Group à TECO en 1994. PocketWeb utilisait déjà une couche de gestion spéciale et une architecture de cache modifiée pour afficher les sites HTML avec une gestion des tâches aussi efficace que possible et une utilisation moindre de la mémoire.

Deux ans plus tard, le NetHopper de AllPen Software pour les assistants personnels numériques Apple (ce qu'on appelle des MessagePads) a été commercialisé. Ce n'était pas fondamentalement un navigateur mobile autonome mais il offrait un accès mobile à Internet : la connexion au Gateaway était possible sur le réseau mobile et pouvait être chargée sur une ressource sollicitée. Les deux navigateurs sont considérés comme des précurseurs des navigateurs mobiles modernes.

Des développements similaires sont à noter avec les protocoles de transmission WAP et I-Mode. WAP représente une deuxième étape dans l'évolution du navigateur mobile. On avait déjà, à cette époque, essayé de réduire la quantité de données affichée d'un site en interposant un Gateaway qui convertissait les données lors de l'affichage. Avec I-Mode, on a commencé à utiliser les protocoles WWW communs et les langages de balisage comme les TCP/IP, HTTP et HTML. Une version réduite du HTML - le iHTML - a toutefois été écrite pour permettre l'affichage de certains éléments HTML sur de plus petits appareils.

De nos jours, les navigateurs mobiles sont pour la plupart des variantes réduites des versions de bureau et sont connectées à des services du WWW via des interfaces. On utilise également des variantes du HTML ou des versions plus récentes comme le HTML5. Les défis causés par la faible capacité de calcul et de sauvegarde des appareils mobiles et des plus petites bandes passantes existent toujours et sont adressés et résolus de différentes manières par les créateurs de navigateur.

Fonctionnement

Les navigateurs mobiles créent une connexion à Internet en utilisant le réseau cellulaire ou la Wifi. Dès qu'un site web est ouvert dans un navigateur mobile, le client (ici le navigateur) envoie une demande à un serveur. Ensuite, selon la façon dont la ressource sollicitée y est déposée et enregistrée, une réponse du serveur est transmise. Cela donne aux clients diverses informations sur la façon dont la ressource peut être affichée. On peut citer trois scénarios :

  • Avec des sites web adaptatifs, le code source d'une URL est envoyé sur le terminal et est affiché selon la taille de l'écran.
  • Sur des sites web mobiles, la ressource est déposée en tant que variante mobile avec une URL séparée.
  • Avec le dynamic serving, la ressource est livrée sous une URL avec un code source modifié pour chaque appareil.

La plupart des navigateurs mobiles modernes remplissent ces trois variantes. On peut également utiliser en partie des détecteurs de navigateur pour adapter l'affichage au terminal.

Le navigateur mobile restitue les données chargées et règle l'affichage par le biais d'informations obtenues grâce à sa communication avec le serveur. Le rendering a lieu avec l'aide d'un moteur d'affichage. Il regroupe les contenus, les formatages et les balisages et restitue les contenus à la taille de l'écran. Il traduit les codes source HTML et CSS dans les sites web affichés. Il existe de nombreux moteurs de rendu : WebKit (navigateur Android, Chrome et Safari), Gecko (Firefox pour mobile), Trident (IE mobile) ou Presto (Opera mobile) sont les plus connus.

La représentation graphique a lieu à l'aide du concept de post-WIMP : WIMP signifie "Windows, Icons, Menus, Pointer" et décrit un certain type d'interaction qui est caractérisé par un clic sur des éléments de l'interface graphique de l'utilisateur. Sur les navigateurs mobiles, il n'y a pas beaucoup d'espace de stockage à disposition ; c'est pourquoi on utilise de nouveaux concepts d'interaction. Cela a lieu non via les capacités de sauvegarde mais grâce à l'interaction entre l'utilisateur et le navigateur ou l'appareil. On peut trouver des exemples dans les commandes gestuelles avec traction ou balayage, avec le zoom ou les commandes vocales.

Exemples de navigateur mobile

On fait fondamentalement la différence entre un navigateur mobile natif et un navigateur mobile installable. Les navigateurs mobiles natifs sont des programmes de base qui sont installés au préalable sur chaque système d'exploitation. Le deuxième groupe, celui des navigateurs mobiles, peut être sélectionné et téléchargé par les utilisateurs selon leurs besoins personnels.

  • Android : le navigateur de base pour tous les appareils Android.
  • Chrome : navigateur de base pour les appareils Google.
  • Safari : navigateur de base sur iPhone.
  • Internet Explorer mobile : navigateur de base pour Windows Phones.
  • Firefox pour mobile : installable, navigateur mobile fréquemment utilisé.
  • Opera mobile : navigateur mobile installable pour smartphones et assistants personnels numériques.
  • Amazon Silk : navigateur de base sur le Kindle Fire et les Fire Phones d'Amazon.
  • Navigateur BlackBerry : navigateur de base pour les appareils BlackBerry.
  • Navigateur web S60 : navigateur de base sur S60 et plateformes Symbian (Nokia).
  • WebOS : navigateur mobile et système d'exploitation pour différents appareils comme des Smart-TV, Smartwatches ou tablettes.

Importance pour le marketing mobile

La multitude de navigateurs mobiles complique l'affichage correct des sites Web sur les appareils mobiles. Il est conseillé, à qui aimerait lancer un site sur le Web mobile, de réaliser les tests appropriés. Dans le même ordre d'idée que les tests des navigateurs pour les site web conventionnels, les sites Internet mobiles doivent être contrôlés et testés sur plusieurs navigateurs et sur plusieurs appareils mobiles. Quand certains contenus ne peuvent être chargés, cela peut avoir un effet négatif sur les performances du site web. La compatibilité des navigateurs mobiles avec différentes API et règles CSS pose de nouveau des problèmes aux développeurs. L'affichage dans les navigateurs mobiles de base devrait être au moins vérifié ou émulé. Un émulateur connu est par exemple BrowserStack.

En plus de l'affichage optimisé pour certains navigateurs et périphériques, la lecture correcte des sites web mobiles par le robot du moteur de recherche (exploration et indexation) dépend des informations sur l'user agent. Généralement, on constitue ici des listes de chaînes du user agent pour que l'explorateur puisse faire une comparaison entre l’user agent utilisé de chaque appareil et les chaînes possibles du user agent (par exemple avec de nouveaux appareils). Des informations fausses ou incomplètes peuvent mener à des erreurs d'exploration et, dans le pire des cas, à une désindexation du site web mobile.

Liens web

Catégorie