Slug


Le terme slug désigne les parties d’une URL composées d’un ou plusieurs mots et qui peuvent à la fois être lues par les moteurs de recherche et comprises par les utilisateurs. En règle générale, les slugs se trouvent à la fin d’une URL et font clairement référence à une ressource numérique en les mentionnant à l’aide d’une structure d’URL particulière. Un slug d’URL est composé de termes en langue naturelle qui décrivent clairement et précisément le contenu du site web. Selon la manière dont les slugs d’URL sont générés, il en résulte des URL parlantes (également appelées : Clean URL, Semantic URL ou Pretty URL) et des permaliens pertinents.

Informations générales[modifier]

L’adaptation des slugs ne sert pas seulement à l’optimisation pour les moteurs de recherche mais également à l’utilisateur : il peut comprendre rapidement le thème des contenus et changer facilement de niveau dans la structure des informations en supprimant des parties de l’URL ou partager l’URL sur les réseaux sociaux. Le terme slug provient du secteur de l’édition et des médias : les articles et les contributions d’actualités qui sont en cours d’élaboration et doivent être publiés sont spontanément appelés slugs. D’une part, cela permet de souligner leur caractère de travail en cours (slug signifie limace en français) et, de l’autre, un mot-clé utilisé fournit des informations sur le contenu de l’article. Des termes similaires sont également utilisés pour désigner certaines annonces ou contributions dans le cadre des campagnes de publicité et des formats de séries. Le CMS WordPress a repris cette règle linguistique pour décrire certains contenus à l’aide de slugs d’URL.

Mode de fonctionnement[modifier]

Étant donné que certains systèmes de gestion de contenu (par exemple WordPress, Django ou Typo3) n’utilisent aucune URL parlante par défaut, les slugs d’URL doivent être adaptés régulièrement. Dans WordPress, les contributions se voient par exemple attribuer systématiquement un numéro d’identification standard (ID) qui fait référence à la contribution (publication) en question. Le problème réside alors dans le fait que les numéros d’identification n’ont aucun sens, ni pour les lecteurs ni pour les moteurs de recherche. En outre, dans le cas de certaines URL, la technique utilisée est visible étant donné que les extensions de fichiers et les protocoles utilisés l’indiquent.

Dans l’exemple suivant, une contribution se voit attribuer le slug d’URL « ?p=1234 ». Le document peut certes être référencé clairement, mais aucun indice n’est fourni quant au contenu de celui-ci.

www.exemple.fr/?p=1234

À l’inverse, un slug d’URL peut identifier une ressource à l’aide de mots-clés lisibles à la fois par les utilisateurs et les moteurs de recherche, qui sont séparés les uns des autres par des tirets et dérivent du titre de la contribution. En règle générale, les mots-clés sont écrits en minuscules par le système. Dans le cas de WordPress, ces URL spécifiques sont également appelées slugs de publications. Elles sont générées automatiquement lorsque les paramètres correspondants ont été mis en place. Cependant, les slugs peuvent également être attribués à d’autres types de ressources, comme par exemple les catégories, les balises et les pages. Exemple :

www.exemple.fr/categorie/1234/slugs-se-trouvent-a-la-fin-d-une-url

Dans cet exemple, l’URL utilisée est déjà une URL parlante. Afin de générer ce type d’URL, la structure d’URL (anglais : Custom Permalink Structure) peut être modifiée. L’URL du premier exemple est structurée de manière à ce que la catégorie, l’ID de la contribution et le titre de la contribution soient évidents. Pour ce faire, le webmaster doit effectuer quelques modifications dans les paramètres :

  • La structure d’URL peut être adaptée dans la sous-rubrique permaliens du menu paramètres.
  • Il existe des paramètres classiques (dates, noms des contributions ou numériques) et des paramètres individuels.
  • Très souvent, les paramètres définis par l’utilisateur sont choisis de manière à ce que la catégorie et le titre de la contribution soient indiqués dans l’URL. La chaîne de caractères suivante ajoute la catégorie et le titre de la contribution au nom de domaine :
  • Des permaliens individuels peuvent également être attribués à chaque contribution. Cette opération est effectuée dans le backend de WordPress dans l’aperçu de la contribution en cliquant sur le bouton Modifier, qui se trouve juste sous le titre du document. Des modifications similaires peuvent également être effectuées par QuickEdit.

WordPress normalise ensuite chaque URL d’une contribution selon le schéma établi. Le système utilise les minuscules pour chaque chaîne de caractères, exclut les caractères spéciaux qui nécessitent un décodage, et remplace les espaces. Un tiret est inséré entre chaque mot. Il en résulte une URL parlante dont la dernière partie – le slug d’URL – a été modifiée automatiquement.

Particularités[modifier]

Les slugs d’URL sont également pertinents dans le cadre d’autres systèmes, en particulier ceux qui génèrent des contenus et des sites web de manière dynamique. Dans le cas de serveurs Web tels que Appache, Nginx ou ASP.NET, la normalisation des URL est également significative : à l’aide de modules tels que .htaccess ou de Rewrite engines (mod_rewrite), les structures de répertoires et d’URL peuvent être modifiées de manière à ce que chaque URL devienne une URL parlante et que des redirections aient lieu vers ces ressources.

Dans le cas des projets web de plus grande envergure, on utilise généralement des expressions régulières et les optimisations bulk afin de pouvoir mettre en place ces modifications de manière plus efficace. À travers la mise en place d’une structure d’information, des domaines thématiques et des mots-clés spécifiques peuvent être couverts. Dans l’idéal, les URL réécrites n’entrent pas en conflit avec d’autres ressources du même site web, faute de quoi des contenus dupliqués pourraient voir le jour.

Importance pour l’optimisation pour les moteurs de recherche[modifier]

Les slugs d’URL sont affichés par les moteurs de recherche. Dans les SERP, ils sont visibles en-dessous du titre du site web (meta title) et sont affichés en vert. Le mot-clé ou la combinaison de mots-clés recherché(e) par les utilisateurs est affiché(e) en gras s’il/elle se trouve dans l’URL. Ainsi, les utilisateurs voient du premier coup si la source d’informations contient les informations désirées. Google ne considère probablement pas la totalité de l’URL comme signal de classement, mais seulement des parties de celle-ci. Selon cette hypothèse, il est également pertinent du point de vue du référencement de modifier les URL de manière à ce qu’elles correspondent aux exigences des moteurs de recherche.

Cependant, cela signifie également que les éventuelles redirections vers les URL canoniques et les redirections doivent être mises en place, étant donné que les anciennes URL ne devraient pas être désindexées. De cette manière, le link juice est transmis aux "nouvelles" ressources. Un autre aspect est également très important : à travers certains slugs d’URL, les utilisateurs reçoivent des signaux concernant le contenu. Le choix d’une URL parlante peut avoir un impact significatif sur les taux de clics et générer plus de trafic.

En principe, la structure d’URL doit être constituée de désignations claires, parlantes, mais également courtes afin de faciliter le traitement des sources d’informations aux moteurs de rechercher et aux lecteurs. Lors du passage aux URL adaptées aux moteurs de recherche (anglais : search engine friendly URL, sef URL), différents aspects doivent impérativement être pris en compte. En outre, une telle conversion devrait avoir lieu sur le long terme, de sorte que les contenus puissent encore être utilisés comme cibles de liens par d’autres sites web, même après plusieurs années.

Liens web[modifier]