Cash conversion rate

Le cash conversion rate (CCR) est un indicateur économique issu des milieux de la finance qui décrit le comportement entre le flux d’argent et le gain net. Le CCR est mis en relation sur une période de temps définie, par exemple un trimestre ou une année. Le CCR se laisse par conséquent interpréter comme une capacité de l’entreprise à convertir son capital-numéraire en profit. De plus, la relation avec le temps est une valeur qui donne une explication sur la durée d’engagement du capital. Cette valeur aide à évaluer la vitesse à laquelle une entreprise peut transformer une sortie de liquidités en entrées de liquidités.

Informations générales sur le sujet

Le cash conversion rate est un instrument relativement jeune qui est principalement utilisé dans le secteur industriel. Au contraire du rapport cours/bénéfice, qui permet une comparaison des capitaux des différentes entreprises mais qui demeure donc une valeur relative, le cash conversion rate est un indicateur absolu qui indique la liquidité réelle d’une entreprise. C’est la raison pour laquelle le CCR est un instrument important pour les investisseurs financiers et un indice sur la santé financière d’une entreprise.

Le cash conversion rate complète souvent les indicateurs de croissance, afin de savoir si la croissance correspond à des profits réels. De cette façon, les facteurs tels que l’efficacité, la rotation du capital et la croissance rentable peuvent être évalués, afin de par exemple éviter la formation de bulles. Cela signifie concrètement que les jeunes entreprises en croissance (comme des start-ups) cherchent à atteindre un tournant où des investissements concrets sont payants et où l’entreprise devient rentable.

Calcul du cash conversion rate

Le calcul du cash conversion rate se base sur les flux de trésorerie (cashflow). Il existe fondamentalement deux moyens de calculer les flux de trésorerie.

  • Les profits d’une entreprise sont pris en compte pour déterminer et affiner le coût des investissements. Cette évaluation dite directe soustrait toutes les dépenses telles que salaires, coûts du matériel, impôts sur le chiffre d’affaires ou les désinvestissements (ex : vente d’un département de l’entreprise).
  • Le bilan général de l’entreprise est considéré. Les dépenses indirectes sont tout d’abord ajoutées aux amortissements ou aux provisions, afin de soustraire ensuite les rendements et les plus-values sans perte de recettes.

Dès que les flux de trésorerie ont été définis, cette valeur sera partagée selon le bénéfice après imposition. Si le cash conversion rate est plus haut que 1,0, il s’agit en règle général d’un signe positif, car les ressources pour les investissements et les dividendes pour les investisseurs sont disponibles. Si la valeur est négative, cela signifie que l’entreprise mène des activités qui provoquent des pertes et qu’elle n’est pas rentable. Voici la formule du cash conversion rate sous sa forme courte :

 CCR = flux de trésorerie / bénéfices nets 

Exemple pour le cash conversion rate

L’entreprise Siemens utilise le cash conversion rate dans le cadre de leurs instruments de contrôle qui ont fait suite à une gestion de fonds efficace. En 2006, le CCR atteint 0,64. L’entreprise érige des mesures différentes qui visent à augmenter le CCR. Par exemple, une réduction de 50% des créances en retard, ou des termes d’échéances qui doivent être approuvés par les clients ou les fournisseurs. En 2007, la valeur du CRR est de 1,11 sur les six premiers mois. On peut donc considérer que ces mesures ont été une réussite. En 2013, le CCR se chiffre au contraire à – 1,11, ce qu’on peut toutefois imputer à des très gros investissements et à la vente de certains secteurs à d’autres entreprises. Les ressources ont donc été consacrées à l’optimisation du portefeuille.

Signification pour le marketing online

Dans le marketing online, les valeurs du cash conversion rate peuvent être relativement hautes selon la filière. Quand un client commande un article en ligne, le commerçant livre en général le produit après que le paiement ait été accepté, ou du moins après que le moyen de paiement ait été sélectionné. Au final, cela entraîne un CCR plutôt élevé. Des entreprises, comme Amazon, poussent ce principe encore plus loin : ils payent les fournisseurs seulement une fois que la rentrée d’argent du client a été effectuée. Les valeurs CCR sont donc chez Amazon encore plus hautes.

Toujours est-il que des facteurs, comme les inventaires et les stocks, agissent négativement sur les flux de trésorerie, car ces ressources sont soustraites des facturations. Des modèles d’entreprise, comme Drop and Shop, ou des produits numériques comme les E-books ou les podcasts, décrivent ici une exception. Dans cette filière, cela peut durer jusqu’à six mois que les investissements soient amortis. Dans le marketing digital, ces processus ont une durée de vie essentiellement courte. Les start-ups ou les jeunes entreprises possèdent à leurs débuts de leur activité de très hauts investissements qui pèsent de manière négative sur la disponibilité des ressources. Le contexte économique, la filière et le modèle d’entreprise sont donc décisifs pour le marketeur lorsqu’il veut intégrer le CCR à l’évaluation et l’optimisation de l’entreprise.

Liens web

Catégorie