Beacon

Le terme « beacon » désigne une technologie basée sur le principe de transfert Bluetooth Low Energy (BLE). Elle permet une communication automatisée et économique en énergie entre les expéditeurs (les beacons) et les destinataires (par exemple des smartphones, des tablettes ou des montres connectées) de manière à ce que des contenus pertinents en contexte puissent être consultés sur l’appareil de destination et mis à disposition de ce dernier à partir de ces données géographiques locales. Les scénarios d’utilisation correspondants sont le shopping sur mobile, le et le Bluetooth marketing ainsi que différentes applications appartenant aux domaines de la réalité mixte de la réalité augmentée.

Informations générales

La technologie BLE a été présentée pour la première fois en 2006 par Nokia. Pour transférer des documents dans une direction (celle du destinataire), elle consomme beaucoup moins d’énergie que les appareils Bluetooth habituels. Un beacon est généralement équipé d’une batterie qui assure son fonctionnement pendant environ trois ans. La fabrication de modules beacon est 60 à 80 % moins chère que celle des appareils Bluetooth.[1] Il existe désormais de nombreuses entreprises spécialisées dans la production de capteurs beacons.

La raison pour laquelle les beacons ont été rendus accessibles à un public étendu relativement rapidement est Apple. L’entreprise a en effet présenté le Framework propriétaire iBeacon en 2013 et a assuré son lancement sur le marché à travers une procédure d’octroi de licences. Les fabricants et les développeurs qui souhaitent utiliser la technologie beacon doivent d’abord effectuer une demande de licence auprès d’Apple.[2]

Ils peuvent ensuite utiliser le SDK (Software Development Kit) et différents API ainsi que des bibliothèques de programmes afin de concevoir des cas d’utilisation sur-mesure et de proposer des informations aux utilisateurs au niveau des points d'intérêt. En règle générale, les appareils fonctionnant à l’aide des systèmes d’exploitation les plus récents supportent la technologie beacon.

Mode de fonctionnement

La base de la technologie beacon est constituée d’expéditeurs relativement petits qui envoient des signaux Bluetooth à intervalles réguliers dans leur environnement immédiat. Ils ne sont pas conçus comme des destinataires, mais se limitent à fonctionner comme des impulsions pour l’appareil destinataire. Les beacons restent passifs et envoient uniquement des données nécessaires à l’indentification et à la localisation. À travers les signaux envoyés à intervalles de temps réduits, une région de signal est créée. Lorsqu’un appareil entre dans cette région ou se trouve à proximité, l’appareil enregistre le contact avec l’expéditeur du signal et peut utiliser ces informations de différentes manières.

Les beacons envoient trois états d’informations :

  • Un Universally Unique Identifier (UUID) permet que des informations claires puissent être envoyées dans un système distribué composé de plusieurs éléments. Chaque beacon possède son propre UUID. La suite de caractères composée de chiffres et de lettres correspond à 16 Bytes.
  • La valeur majeure a pour fonction de définir des régions de signal ou des cas d’utilisation. Ainsi, une filiale située à Marseille enverra une valeur majeure différente de celle de la filiale de Lyon.
  • À travers la valeur mineure, des sous-régions ou des cas d’utilisation supplémentaires peuvent être définis. C’est par exemple le cas de certaines branches dans une région de signal, comme par exemple les vêtements, les chaussures ou les appareils ménagers.

Les valeurs majeure et mineure mesurent chacune 2 Bytes. Sur l’appareil, une application mobile qui utilise ces signaux est installée. L’application identifie le ou les émetteurs de signaux et mesure les distances entre les expéditeurs et les destinataires dans l’espace. Afin de pouvoir effectuer cette opération de manière suffisamment précise dans un espace tridimensionnel, quatre beacons doivent être installés au minimum. Comme dans le cas des systèmes GPS, les distances entre les unités sont mesurées selon le principe de trilatération – à la différence près que la transmission de données est uniquement adaptée à une courte distance.

Le géorepérage est ensuite le résultat. À partir de données telles que la latitude, la longitude et un rayon, il est possible de définir des régions flexibles qui peuvent être modifiées à tout moment à travers la position des beacons. On différencie les beacons Immediate (moins de 50 cm), Near (jusqu’à trois mètres), Far (plus de dix mètres) et Unknown. Les beacons particulièrement performants peuvent envoyer leurs signaux avec une portée pouvant atteindre 450 mètres. Cependant, les beacons réagissent sensiblement aux obstacles comme les êtres humains, les murs ou les meubles – en de pareils cas, la portée est diminuée.

Dès lors que la position relativement précise des appareils de réception a été déterminée, il est possible de lancer un processus en aval, comme par exemple le lancement d’une application destinée au paiement sur mobile ou l’affichage de contenus pertinents au niveau d’un géopoint spécifique dans la filiale afin de proposer des produits adaptés au client. Les notifications Push ou les applications de médias sociaux sont également possibles. Les tâches ou les processus déclenchés par la communication entre l’expéditeur et le destinataire dépendent de chaque cas d’utilisation.

Lien avec la pratique

Une sélection de cas d’utilisation possibles :

  • Shopping sur mobile : dans les filiales, des informations produit peuvent être affichées dans différentes sections – afin par exemple de proposer à l’utilisateur des vêtements assortis lorsqu’il s’intéresse à une pièce spécifique. Les utilisateurs peuvent également être dirigés à travers différentes offres du portefeuille (cf. Curated Shopping)
  • Paiement sur mobile : sur le point de vente, les utilisateurs peuvent payer sans espèces avec très peu d’interactions. Pour ce faire, il suffit qu’ils se trouvent à proximité d’un terminal avec leur appareil.
  • Navigation : dans divers bâtiments tels que les musées, les établissements scolaires, les institutions publiques ainsi que les gares, les aéroports ou les stades sportifs, les beacons peuvent se révéler utiles lors de la navigation sur le site.
  • Contenus pertinents par rapport au contexte : en fonction du scénario d’utilisation, des contenus pertinents spécifiques, qui peuvent également être en lien avec le shopping sur mobile, la navigation ou la domotique, peuvent être affichés à l’aide des beacons.

Dans la pratique, les développeurs devraient veiller à ce que les données transmises par les beacons ne soient pas visibles directement par les hackers ou les concurrents. Le « spoofing » (en français : « usurpation, parodie ») peut être assuré par différents moyens afin d’éviter que le cas d’utilisation du beacons soit simplement copié par la concurrence.

Importance pour la programmation

L’acceptation des beacons est encore jugée faible en Allemagne.[5] Il semble encore difficile de déterminer clairement si cette technologie va s’imposer. S’ajoutent à cela des technologies concurrentes telles que NFC, Eddystone de Google ou les puces RFID, qui offrent chacune d’autres cas d’utilisation – même si dans le cas des puces, qui peuvent également recevoir des signaux, les coûts de production sont supérieurs. Il est tout à fait possible que les beacons constituent seulement une étape intermédiaire dans le développement et seront à nouveau évincées par des applications issues des domaines des objets connectés, de l’Internet des objets ou de la réalité augmentée.

En raison de leurs caractéristiques en matière d’énergie et de coûts, les beacons sont néanmoins adaptés à une utilisation étendue dans certains cas d’utilisation spécifiques tels que la navigation ou les contenus pertinents par rapport au contexte. Par ailleurs, les beacons offrent des possibilités variées pour comprendre les habitudes d’utilisation et d’achat des consommateurs. Le tracking in-store, le customer journey tracking ou l’interaction sur différents canaux peuvent être observés afin d’effectuer un contact client sur-mesure et de mieux connaître les utilisateurs. L’élément déterminant est évidemment la disposition du client à donner son consentement et à partager ses données à travers l’utilisation des applications correspondantes. Lorsque ces données sont uniquement utilisées à des fins de publicité et de vente, cette disposition ne devrait pas être particulièrement élevée.

Références

  1. What is iBeacon? A guide to beacons, ibeacon.com, ouvert le 02.12.2015
  2. Getting Started with iBeacon, developer.apple.com, ouvert le 02.12.2015

Catégorie