Penguin


Penguin se réfère à une série de mises à jour de l’algorithme de Google et d’actualisation des données qui ont été effectuées entre 2012 et 2013.

Historique[modifier]

Il y a eu jusqu’à aujourd’hui (mars 2017) 7 mises à jour Penguin[1] :

  • Penguin 1.0 : mise à jour de l’algorithme le 24 avril 2012
  • Penguin 1.1 : actualisation des données le 24 mai 2012
  • Penguin 1.2 : actualisation des données le 5 octobre 2012
  • Penguin 2.0 : mise à jour de l’algorithme le 22 mai 2013
  • Penguin 2.1 : actualisation des données le 4 octobre 2012
  • Penguin 3.0 : actualisation des données le 17 octobre 2014
  • Penguin 4.0 : mise à jour de l’algorithme le 23 septembre 2016

La mise à jour Penguin 1.0 a affecté environ 3,1% des recherches selon Google. Son successeur, Penguin 2.0, était encore plus en retrait avec seulement 2,3%[2] des résultats en anglais. Matt Cutts avait évoqué les effets imminents de la mise à jour Penguin 2.0 quelques heures avec sa sortie, ce qui explique ce chiffre.[3]

Objectifs des mises à jour Penguin[modifier]

Le but des mises à jour Penguin était et est toujours de réduire les manipulations des résultats de recherche. Pour cela, Google a introduit un tout nouveau algorithme qui veille à détecter les pages optimisées de façon non anormale. Les variables utilisées sont toutefois toujours inconnues. Ainsi, il existe des suppositions qui dominent la scène SEO concernant le contexte et les mesures possibles. Une analyse des sites web qui ont été négativement affectés par ces mises à jour ont pu faire ressortir des indices clairs.

Pénalités et dévaluations causées par les mises à jour Penguin[modifier]

L’intention de Google est de freiner le spam grâce à ces mises à jour. Cela fait référence à toutes les techniques et mesures qui pourraient violer les directives Google Webmaster dans le contexte de l’optimisation du référencement, dans le but d’obtenir une meilleure position dans les SERP. Les sites web qui utilisent des mesures de spam pour leur optimisation sont donc pénalisés par ces mises à jour, ce qui entraîne pour eux des pertes de visibilité importantes, ou alors l’interdiction pure et simple d’apparaître au sein des SERP.

“Nous voulons que les gens fassent du SEO white hat (ou au mieux aucune optimisation du tout). [...]” (Matt Cutts, 2014).

L’accent a été principalement mis sur le spam web par rapport aux backlinks et au bourrage de mots-clés.

Achat de liens[modifier]

L’achat de liens est particulièrement dans le viseur des mises à jour Penguin. En achetant des liens, l’acheteur mais aussi le vendeur violent le principe réel du lien, c’est-à-dire qu’il est une recommandation. Par conséquent, Google cherche rigoureusement à lutter contre ces liens payants. À une plus grande échelle, il prend donc des mesures contre les réseaux de liens dans le cadre des mises à jour. En outre, non seulement les sites web qui ont acheté des liens se trouvent pénalisés, mais aussi ceux qui en vendent. L’algorithme est en capacité de détecter les liens payants et de prendre en compte des critères d’évaluation, comme le texte du lien ou la pertinence du contenu. En plus des mises à jour de l’algorithme, des étapes manuelles ont été entreprises par Google depuis un certain temps afin de retrouver les acheteurs et les vendeurs de liens.

Lien et textes ancrés[modifier]

Sur une grande période de temps, beaucoup d’optimisateurs ont accumulé des tonnes de liens qu’ils ont mis en relation avec des mots-clés générant beaucoup d’argent. D’autres textes ancrés, comme des mots-clés sur les noms de marque ou autres mots communs comme “Plus d’informations peuvent être trouvées ici” ont été relégués au second plan ou même complètement négligée. Ces profils de liens artificiels, avec plus de 60% de mots-clés monnayés, étaient un indicateur de spam clair pour Google Penguin, car les profils de liens naturels ne peuvent tout simplement pas posséder un telle densité de mots-clés monnayés.

Link building trop rapide[modifier]

Avant que les entreprises ne s’engagent dans le link building, le nombre de liens se référant à leur site web tend à croître lentement. Si des mesures de link building sont prises et que le nombre moyen de trois liens par mois augmentent soudainement jusqu’à 50, il s’agit d’une raison suffisante pour Google d’examiner de plus près d’où cela vient.

Liens provenant d’un domaine sans rapport[modifier]

Les liens naturels sont généralement mis en place par des sites web pertinents par rapport à un sujet. Un amateur d’aquarium ne voudrait normalement pas informer ses lecteurs sur les meilleures options d’épargne. En d’autres termes, un lien totalement hors de propos qui apparaît au sein d’un texte est plutôt suspect.

Liens retour de qualité inférieure[modifier]

Ces liens sont de faible qualité et ont été créés uniquement à des fins de link building. Certaines positions de ces liens sont d’ors et déjà suspectes. Ce peut être :

  • des listes ou fermes de liens
  • des répertoires d’articles et des catalogues web
  • des archives d’actualité obsolètes
  • des commentaires de blog
  • des pieds de page
  • des liens émanant de sites web déjà pénalisés
  • des liens émanant de réseaux de liens

L’existence de tels liens n’est pas totalement pénalisante pour le référencement. Toutefois, il s’agit essentiellement pour Google de la qualité de ces liens retour. Une faible qualité est un indicateur de spam.

Bourrage et suroptimisation des mots-clés[modifier]

La suroptimisation d’un site web pour un seul mot-clé est aussi évidente que le bourrage de mots-clés. Une densité de mot-clé extrêmement élevée peut résulter en pénalités, car elle est très notable notamment en ce qui concerne les mots-clés longue traîne.

Critiques[modifier]

Beaucoup de ceux qui ont été touchés par les mises à jour se sont sentis injustement traités, car ils ont obtenu peu de preuves quant au contexte de leur peine. En effet, Google publie très peu d’informations sur les facteurs décisifs qui ont influencé les mises à jour Penguin au fil du temps. Pour vérifier si un site web est légitimement affecté par les mises à jour, un site clinic détaillé doit être effectué (examen et correction conséquente du site), par exemple en utilisant le logiciel Ryte. La structure du lien et le contenu doivent être particulièrement examinés. Dans le cas où votre site web a été injustement pénalisé par la mise à jour Penguin, Google fournit un formulaire de réclamation en ligne.

Importance pour le référencement[modifier]

Si un site web a subi des pertes de visibilité peu de temps après la mise à jour Penguin, les personnes concernées doivent d’abord comprendre pourquoi. Très souvent, les opérateurs de sites web savent déjà quelles erreurs il pourraient avoir commises dans l’optimisation du référencement, en ayant par exemple construit un profil de liens unilatéral ou en ayant acheté des liens.

Autrement, une enquête sur le profil des liens retour peut fournir des informations. Toutes les mesures de spam annoncées doivent être inversées. Cela signifie la suppression manuelle des liens “mauvais” et la rationalisation du profil de lien. Cela peut être réalisé par les opérateurs du site web concerné, en demandant aux webmasters des autres sites de retirer les liens.

De plus, Google a lancé en octobre 2012 un outil de désaveu des liens, au moyen duquel les webmasters peuvent faire vérifier par Google les liens anormaux ou de spam, et les dévaloriser au besoin. Dans le même temps, les liens naturels peuvent être nouvellement construits afin de renforcer activement le profil du lien retour.

Références[modifier]

  1. Penguin 5, With The Penguin 2.1 Spam-Filtering Algorithm, Is Now Live, searchengineland.com, 04.10.2013
  2. Google Panda et Penguin : récapitulatif, journaldunet.com, 23.09.2016
  3. Another step to reward high quality, webmasters.googleblog.com, 24.04.2012

Liens web[modifier]