Domain Trust

Toute personne souhaitant que son site web se classe parmi les premières SERP doit également présenter de nombreux autres facteurs tels que l’autorité et la confiance de domaine (domain trust), c’est-à-dire la crédibilité. On estime digne de confiance, donc avec une confiance de domaine élevée pour Google et d’autres moteurs de recherche, un site web qui offre de nombreuses informations utiles et de qualité à ses utilisateurs sans spam et sans avoir recours à des pratiques non éthiques. Le domain trust peut également être amélioré grâce à des liens entrants ou à l’âge du domaine. Il existe donc de nombreux aspects qui peuvent l’influencer.

Contexte

Pendant longtemps, dans les cercles de l’optimisation du référencement naturel et sur Internet, le classement dans les pages de Google (PageRank) était considéré comme témoin d’une forte confiance de domaine. Par exemple, avec le système de classification de zéro à dix, des pages importantes du gouvernement ont été classées PR10, alors que de nouveaux sites Internet ont commencé naturellement avec un PR0. Tout webmaster peut renforcer son classement entre autres en réussissant à avoir des liens retour de la part de pages dont le classement est élevé. Dans la pratique, cela fournit toutefois très peu d’indications sur la confiance de domaine d’un site web, étant donné que même des pages avec des contenus fragiles pouvaient obtenir un bon classement grâce à un échange de liens. Il convient donc de ne pas confondre la confiance de domaine avec le PageRank.

La confiance de domaine elle-même peut, par conséquent, être définie comme l’interaction de nombreux facteurs différents qui témoignent du sérieux et de la crédibilité d’un site web.

Liens entrants

Contrairement à la popularité de lien pure, le fait de se rapprocher d’autres sites crédibles est un facteur déterminant pour la confiance de domaine : les liens retour doivent donc provenir de sources dignes de confiance. Les renvois vers des spams ou des pages réputées peu fiables et qui vont donc à l’encontre des exigences de qualité de Google sont interdits.

L’hypothèse de base est ici plutôt simple : les spammeurs renvoient vers des spammeurs. Si de nombreux liens d’un site web proviennent de sources peu fiables, Google considère que la page en question constitue également du spam. Il est par contre possible d’avoir une bonne crédibilité lorsque les liens retour proviennent de pages possédant déjà une bonne crédibilité, comme nytimes.com, lemonde.fr, Wikipédia, des adresses de grandes marques déjà établies, ou encore de pages officielles d’organisations professionnelles ou d’instances politiques.

Ces pages ne sont absolument pas soupçonnées de diffuser du spam, donc un lien provenant de l’une de ces pages peut faire augmenter la confiance de domaine du site de destination en question. Si la page était par la suite attaquée par du spam, cela aurait un effet beaucoup moins destructeur pour son classement que si elle n’avait aucun lien crédible.

Liens sortants

Selon la même théorie du spam qui renvoie vers du spam, il est interdit de proposer soi‑même des liens vers des pages de spam, afin de ne pas perdre en crédibilité. Toutefois, s’il devait être nécessaire de faire apparaître une adresse peu fiable dans son propre site web, par exemple pour mettre en garde contre du spam, il convient de toujours utiliser la balise nofollow.

Informations d‘enregistrement

Google a accès aux données d’enregistrement des sites web et peut les prendre en considération pour le classement. Il peut reconnaître combien de domaines (et lesquels) appartiennent à la même adresse d’enregistrement. Si un grand nombre de domaines enregistrés sous une même adresse ne sont pas fiables, la confiance de domaine baisse également pour les autres domaines, et inversement. On tient généralement cette procédure pour responsable du fait que les domaines nouvellement enregistrés et qui sont donc encore relativement inconnus, et dont les données d’enregistrement ne fournissent pas de renvois vers d’autres domaines fiables, doivent plus souvent emprunter le chemin fastidieux de la Google Sandbox, par rapport aux domaines enregistrés sous des entreprises exploitant des grandes marques telles que Nike. La durée de l’enregistrement d’un site peut également influer sur la confiance de domaine. Plus un site a été enregistré et est en ligne depuis longtemps, plus il est probable que sa finalité soit sérieuse.

Données utilisateur

Les moteurs de recherche évaluent également le comportement des utilisateurs d’un site web. Avec des programmes de Google comme la Toolbar ou Google Analytics, Google peut reconnaître les données utilisateur sur un site et prendre en compte certains modèles de comportement des utilisateurs pour son classement. Le comportement des utilisateurs sur une page de spam diffère de leur comportement sur une page fiable. Une activité utilisateur la plus naturelle possible permet d’atteindre une plus grande confiance de domaine. Une durée de séjour prolongée et un taux de rebond réduit sont ici pris en compte.

Qualité du contenu

La qualité des contenus d’un site peut être un indicateur de sa crédibilité. Si de nombreux textes non formatés contenant des fautes sont publiés, il est possible de supposer que le site est peu entretenu et n’est pas véritablement crédible. Le même principe s’applique pour les contenus protégés par des droits d’auteur utilisés sans que leur source ne soit citée, ou pour les textes copiés d’autres sites où ils ont déjà été publiés. La véracité des contenus peut également jouer un rôle dans l’estimation de la confiance de domaine. Ainsi, des données par exemple utilisées sur des sites et avec des sources fiables pourraient être prises en compte pour déterminer la véracité des contenus. Google mène déjà des recherches sur le sujet.

Informations concernant l’exploitant du site

En vertu de la législation sur les media électroniques, un site commercial doit présenter des mentions légales valables. Celles-ci doivent notamment indiquer qui est la personne responsable des contenus du site et un mode de contact rapide doit être proposé. Si les mentions légales ne sont pas présentes sur un site ou si les informations présentées sont erronées, il peut s’agir d’une indication que le site n’est pas fiable. Il est possible de supposer que Google et d’autres moteurs de recherche ont à leur disposition des algorithmes capables d’examiner les mentions légales à la recherche des signes de sérieux nécessaires. Car en effet, une page commerciale dont la finalité est sérieuse ne devrait en principe rien avoir à cacher. Cela vaut également pour les mentions légales au format image qui ont longtemps été utilisées par les sites pratiquant les échanges de liens. L’image ne peut pas être lue par les robots d’indexation et peut donc être considérée comme un point négatif pour l’évaluation de la confiance de domaine. Il est également possible que Google prenne en compte le fait que l’exploitant du site soit ou non inscrit dans la base de données publique Whois.

Mentions du site sur le Web

Si un site Internet ou un nom de marque est souvent mentionné sur le Web, il peut s’agir d’un indicateur d’une popularité élevée. Selon le moteur de recherche, mais également aux yeux de l’utilisateur, un grand nombre de visiteurs peut être un signe de fiabilité de la page concernée. Il convient donc de supposer que Google tient compte des mentions de sites web et de noms de marques sur le Web pour établir si un site est crédible. Dans ce contexte, il peut également être utile de faire enregistrer son nom de domaine comme nom de marque déposée, étant donné qu’il est en général aussi le nom de la marque. C’est au plus tard après la mise à jour Vince par Google qu’il a été établi que les marques fortes seraient privilégiées pour le classement, étant donné qu’elles bénéficient déjà d’une confiance élevée en raison de leur popularité.

Renvois vers les réseaux sociaux

Le fait que les renvois vers les réseaux sociaux doivent être ou non pris en compte pour le classement fait toujours l’objet de discussions dans les milieux de l’optimisation du référencement naturel. On suppose cependant que des signaux sociaux intenses de sites web et de liens vers les réseaux sociaux peuvent entraîner une confiance de domaine élevée.

Le domain trust dans la pratique

Pour les webmasters et dans le cadre de l’optimisation du référencement naturel, la confiance de domaine est un facteur primordial pour évaluer non seulement leurs propres pages, mais aussi d’autres sites web. Cette analyse peut avant tout s’avérer importante lorsqu’il est question de contrôler le profil des liens d’un site. Si par exemple de nombreux sites renvoyaient vers un projet propre dont la fiabilité pourrait cependant être jugée faible, ou qui pourrait se révéler être une page de spam après analyse, il faut agir. Les liens entrants doivent être immédiatement annulés via l’outil Disavow-Tool de Google et il convient de demander au webmaster de retirer les liens, afin d’éviter les conséquences néfastes pour sa propre confiance de domaine.

Afin d’éviter d’éventuels dégâts pour la crédibilité de son propre site web, il convient de mettre en place une surveillance régulière. En utilisant Google Search Console, les webmasters reçoivent des notifications lorsque leur site web possède des liens retour suspicieux ou qu’il semble avoir été piraté. Pour les utilisateurs, certains signaux de confiance peuvent dans la pratique indiquer si un site Internet est fiable ou non. C’est avant tout en matière de shopping en ligne que la notion de confiance de domaine acquiert une composante supplémentaire, à savoir la sécurité. Ici, des indicateurs comme une connexion https sécurisée, des modes de paiement sérieux ou une procédure claire et transparente de traitement du panier peuvent témoigner de la sécurité du site. Les évaluations laissées indépendamment par les utilisateurs peuvent vraisemblablement également faire bonne impression, non seulement aux clients, mais aussi potentiellement à Google et entraîner une augmentation de la confiance de domaine.

Référence

Liens web

Catégorie